L’Empire de Sable – Kayla Olson

9782221196229Informations :
Auteur : Kayla Olson
Titre VO : The Sandcastle Empire
Edition : Robert Laffont – Collection R
486 pages
17.90€

Quatrième de Couverture : 
Il suffit d’un grain de sable pour faire s’écrouler un empire. 
Une page s’est tournée dans l’histoire de l’humanité depuis que les dérèglements climatiques ont rendu la plus grande partie du globe inhabitable. Puis a eu lieu la révolution orchestrée par les Loups, un puissant groupe armé. Ce jour-là, ils ont pris le pouvoir. Ce jour-là, ils ont tout pris à Eden, qui n’a rien vu venir. La voilà désormais détenue dans un camp de travail sous haute sécurité.
Son seul espoir ? Gagner l’île de Sanctuary dont lui a parlé son père, le dernier territoire encore neutre. Mais quand Eden parvient finalement à y accoster avec d’autres évadés, l’île se révèle encore plus dangereuse que leur précédente prison…

Mon Avis :
Les dystopies j’aime ça, quand elles trouvent un écho à notre actualité j’aime aussi et ce titre réunit ces deux points avec de petits bémols tout de même.

Je retrouve ce dont j’ai besoin de savoir dans une dystopie, à savoir le pourquoi de la situation actuelle : un renversement de pouvoir avec mise à l’esclavage des plus riche et de la population pour le service des loups, les nouveaux dictateurs. Ca pose le décors et on sait pourquoi il existe un tel clivage dans la population.
Car le nouvel ordre mondial tend à être un monde dans lequel seul de riches financiers contrôlent et dominent le monde

Au travers de son livre, l’auteur aborde divers petites choses qui font débats et renvoie clairement à la science-fiction. Sauf qu’ici, en l’occurrence, la science-fiction s’apprête à s’inviter dans notre quotidien.
Ce qui m’a séduit, c’est toute la technologie mise au service de l’écologie, au travers des bouteilles qui filtrent l’eau douce pour la rendre propre à la consommation mais aussi au travers des autres projets qui étaient portés par la société pour répondre aux besoin de la population en matière de logement écologique et autosuffisant sur divers plans. Ce sont des idées tout à fait réalistes. La modification biologique de certaines plantes renvoie également à la gestion dangereuse qui est fait des OGM dans notre société actuelle.
Autre point qui m’a séduite, c’est l’idée des phospholoups. Des petites gens utilisés à des fins d’espionnage, de contrôle  et contre leur volonté grâce à un dispositif implanté à leur insu. Quand il est question de la technologie qui prend de plus en plus de place dans notre vie au point d’en être parfois des objets qui nous espionnent sans qu’on ne le sache, l’auteur nous fait nous poser des bonnes questions quand on sait que l’implantation de puces n’est plus une question de fiction.

Cependant, même si je trouve les idées excellentes, sur la forme j’ai eu un peu de mal. Pas que j’aime les sagas à rallonge, loin de là, mais j’aurais aimé voir ce récit un peu plus développé car certaines choses étaient trop rapides. Notamment le début, le début est tellement rapide que même si on a toutes les clés en main, on ne s’attends pas à ce que ce soit si rapide. Car dans cette rapidité, certaines choses restent dans le flou notamment la famille. Certes ça reste cohérent dans la mesure où même Eden ne sait pas ce qu’il en est, mais en développant un peu plus ça aurait permis au lecteur d’avoir toutes les clés en mains. De mon avis, développer l’histoire sur deux tomes aurait permis d’en tirer le meilleur parti car l’auteur aurait pu pousser l’histoire plus loin que la fin.
file3Malgré tout ça, j’ai aimé ma lecture car elle soulève des points très intéressants. Des points que l’on peut facilement qualifier d’éthique. Et même s’il est présenté avant tout comme une dystopie écologique, je pense que ça va même au delà de ce point. Car c’est l’ensemble de tout qui rend cette dystopie intéressante et pas seulement un point.

Je ne vais pas spécialement revenir sur les personnages qui au final sont tous des dindons d’une farce qu’ils subissent car pour moi le plus intéressant est ce qui est évoqué plus haut. 

L’auteur nous offre une histoire riche mais un peu rapide qui nous pousse tout de même à nous poser des questions sur le monde dans lequel on vit et ce qu’il est en passe de devenir. Car entre la fiction et la réalité, il n’y a qu’un pas. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s