The Girls – Emma Cline

9782264066336Informations :
Auteur : Emma cline 
Titre VO : The Girls
Editions : Edition 10-18
360 pages 
8,10€

Quatrième de Couverture : 
Californie, fin des années 1960. Evie Boyd, quatorze ans, vit seule avec sa mère. Lorsqu’elle se dispute avec sa seule amie, Evie se tourne vers un groupe de filles dont la liberté et l’atmosphère d’abandon qui les entoure la fascinent. Séduite par l’aînée, Suzanne, elle se laisse entraîner dans une secte au leader charismatique, Russell. Leur ranch est aussi étrange que délabré, mais, aux yeux de l’adolescente, il est exotique, électrique, et elle veut à tout prix s’intégrer. Son obsession pour Suzanne grandissant, Evie ne s’aperçoit pas qu’elle s’approche inéluctablement d’une violence impensable.

Mon Avis :
Il est des livres qui vous fascinent, qui vous dérangent, des livres qui ne vous laissent clairement pas indifférents. The Girls en fait partie …

Ce livre a un contenu explicite et n’est pas forcément à mettre entre toutes les mains.

Evie est une adolescente américaine comme il y en a des millions. Et comme toute adolescente, arrive le moment où les chemins se séparent. Un moment pivot où l’amie de toujours changera et ne correspondra pas aux attentes de l’autre, coulant l’amitié par la même occasion. C’est dans ce contexte qu’Evie se retrouve confrontée à la solitude et l’ennui, l’amenant à rencontrer un groupe particulier, prônant l’amour et la liberté la plus totale. Du moins, en apparence.
Cet avis m’est compliqué à écrire, ce livre est aussi subtil qu’un bulldozer. L’auteur n’y va pas avec le dos de la cuillère, pourtant ce livre est magistral pour un premier roman. Ce qui m’a le plus plu, c’est le côté hippie largement assumé dans ce livre. Peace and Love sera la trame première du roman. Autour de ça l’auteur va articuler la manipulation, les vices et aussi le consentement au nom du sacro-saint amour universel. Mais loin de cette façade hippie, c’est la drogue, la misère et l’emprise d’un homme manipulateur dont il sera question dans ce livre. L’histoire d’une descente aux enfers d’un groupe qui portait un homme aux nues, un homme qui a tout d’un pervers narcissique. Ce genre d’hommes qui aime dominer les autres, qui aiment se sentir adorés et qui détestent par dessus tout ne pas obtenir ce qu’ils voulaient. Ce genre d’homme qui profitera de son ascendant sur l’autre pour faire du consentement un concept surfait au nom de l’amour qui lie tout le groupe … 

J’ai aimé la douce naïveté d’Evie qui découle du manque d’attention de sa mère et qui acceptera tout ce qui lui sera imposé, de manière implicite ou pas, sans broncher. L’amour et la fascination d’une des personnes du groupe la pousseront à faire tout et n’importe quoi pour obtenir son approbation. Mais Evie c’est aussi l’histoire d’une famille qui périclite, une famille séparée dont les parents ne se parlent plus et dont le père est démissionnaire.
IMG-8197La dynamique du groupe était aussi intéressante à tout point de vue. De par le magnétisme de Russell qui le positionne au rang de Dieu vivant mais surtout de ce que les autres se refusèrent à voir. A tout point de vue ce roman bien percutant à de quoi attirer l’attention. 

Le genre d’histoire pour tous les amoureux des années hippies, un côté un peu moins reluisant de ce pan de notre histoire, le genre qui vous sortira de votre zone de confort. L’auteur a une plume acérée, une plume qui ne laissera certainement pas indifférent et la certitude d’une auteur dont on entendera encore parler. 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s