Les gens heureux lisent et boivent du café – Agnès Martin-Lugand

les gens heureuxInformations :
Auteur : Agnès Martin-Lugand
Edition : Pocket
187 pages
6.40€

Quatrième de Couverture :
« Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. »

Diane perd brusquement son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. C’est peut-être en foulant la terre d’Irlande, où elle s’exile, qu’elle apercevra la lumière au bout du tunnel.

Mon Avis :
J’ai beaucoup entendu parler d’Agnès Martin-Lugand sans réellement m’intéresser à sa bibliographie. Un jour où j’avais un rendez-vous et pas de lecture sous la main, je décide de passer à la librairie pour me trouver un livre court. Finalement, je suis ressortie avec Les gens heureux lisent et boivent du café.

Il y a un an, Diane a perdu son mari, Colin, et sa fille, Clara, dans un accident de voiture. Depuis, le temps s’est arrêté, la vie n’a plus ce goût de bonheur. Diane enchaîne café et cigarettes dans un marasme profond. Son meilleur ami et associé, Felix essaie tant bien que mal de lui faire remonter la pente. Diane a laissé sa vie de côté, son café littéraire, « Les gens heureux lisent et boivent du café », le projet d’une, mais que vaut cette vie sans son mari et sa fille.

Du jour au lendemain, pour fuir une pression constante, Diane prends des billets pour l’Irlande, elle réserve un cottage dans un village paumé et plie bagage. Personne n’y croit. Au fil des pages, on découvre que Diane était une femme dépendante de son mari pour bien des choses. Elle apparaît comme un peu maladroite, peu dégourdie. Pourtant, elle mène cette quête, cette fuite vers la solitude irlandaise avec détermination. Elle veut s’enterrer là-bas, oublier tristesse et douleurs.

Au bout de ce voyage, Diane trouvera plus que solitude et lassitude. Elle va découvrir les paysages sauvages de l’Irlande, la météo pas toujours clémente et la chaleur accueillante des Irlandais. Elle qui rêvait d’isolement se retrouve face à des propriétaires avenants et un voisin peu enclin à la conversation. Pendant cette année qui passe comme un coup de vent, Diane va apprendre à se reconstruire, se faire face, affronter sa douleur. Les étapes du deuil ne sont qu’un long chemin à parcourir, souvent semer d’embûches.

Les gens heureux lisent et boivent du café est un roman très court. L’intrigue est simple. Les personnages sont attachants. Agnès Martin-Lugand ne se perd pas en détails, le peu de pages n’en laissent pas le temps. C’est presque dommage de ne pouvoir s’imprégner mieux l’Irlande, mais ce n’est pas le but du roman à mon sens. Les émotions de Diane m’ont touché, bien que son parcours irlandais reste trop rapide à mon goût. A la fin de la lecture, il y a comme un goût de trop peu. Heureusement un second tome, La vie est facile ne t’inquiète pas, attend de rejoindre ma bibliothèque.

5 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s